desbordes-valmore-marcelline[1]

 

La lune des fleurs



Douce lune des fleurs, j'ai perdu ma couronne !

Je ne sais quel orage a passé sur ces bords.

Des chants de l'espérance il éteint les accords,

Et dans la nuit qui m'environne,

Douce lune des fleurs, j'ai perdu ma couronne.

Jette-moi tes présents, lune mystérieuse,

De mon front qui pâlit ranime les couleurs ;

J'ai perdu ma couronne et j'ai trouvé des pleurs ;

Loin de la foule curieuse,

Jette-moi tes présents, lune mystérieuse.

Entrouvre d'un rayon les noires violettes,

Douces comme les yeux du séduisant amour.

Tes humides baisers hâteront leur retour.

Pour cacher mes larmes muettes,

Entrouvre d'un rayon les noires violettes !

 

Poésie

Charpentier, Libraire-éditeur, 1860

Voir aussi :

Les Roses de Saadi (08/02/2017)

Qu'en avez-vous fait ? (20/031/2017)

Les séparés (25/04/2017)

Elégie (06/07/2018)