desbordres_fdc[1]

 

Ma chambre

Ma demeure est haute,

Donnant sur les cieux ;

La lune en est l’hôte,

Pâle et sérieux :

En bas que l’on sonne,

Qu’importe aujourd’hui ?

Ce n’est plus personne,

Quand ce n’est plus lui !

 

Aux autres cachée,

Je brode mes fleurs ;

Sans être fâchée,

Mon âme est en pleurs ;

Le ciel bleu sans voiles

Je le vois d’ici ;

Je vois les étoiles

Mais l’orage aussi !

 

Vis-à-vis la mienne

Une chaise attend :

Elle fut la sienne,

La nôtre un instant ;

D’un ruban signée,

Cette chaise est là,

Toute résignée,

Comme me voilà !

 

Bouquets et prières

Dumont éditeur, 1843

Voir aussi :

Les Roses de Saadi (08/02/2017)

Qu'en avez-vous fait ? (20/031/2017)

Les séparés (25/04/2017)

« J’étais à toi... » (06/07/2018)

La lune des fleurs (22/04/2020)

La fileuse (22/04/2021)