124056856_1_

 

Souviens-moi

 

I

Souviens-moi

à voix basse

de l’ombre encore

dans l’enclos

et toujours

souviens-moi

les yeux mi-clos

du jours dehors

prêt à bondir

 

Oui

 

Souviens-moi

inlassable

de la clairière du poème

 

II

Souviens-moi

 

Souviens-moi

aux boucles des matins

empoignés sans douceur

souviens-moi du soleil

tantôt levé tantôt couché

comme d’une sueur de bête

arquée sur la mer

 

Souviens-moi

du silence

de l’eau jugulée

 

III

Souviens-moi

 

Souviens-moi

de la peau qui crisse

d’être froissée

souviens-moi

du fouet de la lumière

et des lanières d’orage

qui fauchent les fiertés

 

Inlassable

 

Souviens-moi

de la verte chanson

des serpents

 

IV

Souviens-moi

 

Souviens-moi

des étés accablants

et des champs secs

souviens-moi

de la nuit qui vient

sans un soulagement

pour les hommes dressés

 

Inlassable

 

Souviens-moi

du feu de foin

dans l’air

 

V

Souviens-moi

 

Souviens-moi

de la houle au ventre

des rencontres

souviens-moi

des gares et des yeux crus

dans une odeur

d’écharpe rouge

 

Inlassable

 

Souviens-moi

des arbres

d’alliance

 

VI

Souviens-moi

 

Souviens-moi

d’un triangle nu

à l’encolure des chemises

souviens-moi

des pluies fades

et du vent mou

qui aiguisent le chagrin

 

Inlassable

 

Souviens-moi

des gestes fiancés

au premier soir

 

VII

Souviens-moi

 

Souviens-moi

avec l’âge qui avance

inexorable et patient

souviens-moi des laisses de goémon

et de l’huître ouverte

dans un ciel d’écailles

 

Inlassable

 

Souviens-moi

d’une cadence

de hanche étroite

 

VIII

Souviens-moi

longuement

à bouche bue

de la blancheur des mains

sur un livre

et toujours souviens-moi

à peau éprise

du lierre des mots

oubliés

 

Oui

 

Souviens-moi

inlassable

d’un désir enroulé

à la langue

d’algues brunes. 

 

Cavalier seul

Editions Mazette, 78372 Plaisir

Voir aussi :

 « Front collé à la vitre … » (30/07/2017)

« Il y a la guerre ... » (29/07/2018)