morvan_francoise_portrait[1]

 

Retour

 

Le cri du grèbe et le roseau creusé

Sur la grève ouverte ou le gravier d’eau

Comme au travers d’un cristal de sulfure

Rendent l’hiver plus tendre et plus fragile

 

Lorsqu’on entre à l’aube dans la maison vide

Le long souvenir des amis perdus

Forme un écran de soie tendu sur le jour

Où vont sans êtres vues les formes des fantômes.

 

Allège

 

Cristaux de neige en train de se défaire au soleil

Odeur bleuâtre du grésil

Une abeille endormie de froid

Le lin glacé dans l’armoire

 

Un enfant roux seul sur la route

Ses talons tintant sur la pierre

Le fer étoilé fracassant les flaques

Comme on écrase un squelette d’oiseau.

 

Cristal de glace au cœur

S’il glisse vers le ciel

Où le traineau de la reine des neiges

Ouvre ses transparences silencieuses

 

Le jour entier s’ouvre sur l’infini

Mais le livre posé sur l’allège se ferme

Et le voilage ombrant les fougères de givre

Ne laisse à discerner qu’un fin croissant de lune.

 

 

Vigile de Décembre

Editions Mesure, 2019