Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Femmes en Poésie
13 mai 2021

Saphô / Σαπφώ (Vers 1630 – Vers 1580 av. J.C.) « ... Rien n’est plus beau... »

2017_10377238_0[1]Alphonse Osbert (1857 - 1939) : Sapho ou La poésie lyrique. Huile sur panneau

 

... Rien n’est plus beau, dit l’un, qu’une imposante armée ;

L’autre : rien n’est plus beau qu’une escadre en plein vent.

Rien n’est plus beau pour moi que le coeur de l’aimée

Chacune fait son choix et risque en le suivant

Des enfants des parents, un nom, des biens quittés ;

Hélène pour Pâris fit brûler des cités.

Le doux bruit de tes pas, ton beau visage tendre,

J’aimerai mieux le voir, j’aimerai mieux l’entendre

Que le char du Grand Roi et sa garde d’honneur.

Hélas ! Nul être humain n’a longtemps son bonheur,

Mais cet étroit lien que l’Amour a lié,

Mieux vaut le regretter que l’avoir oublié...

 

 

Traduit du grec par Marguerite Yourcenar,

In, « La couronne et la lyre,

Anthologie de la poésie grecque ancienne »

Editions Gallimard, 1979

 

Cantique du signe souverain

 

Une troupe de cavaliers, disent-ils, ou de soldats à pied,

une escadre, rien n’est plus beau

sur la terre bleue et sombre. Mais, moi, je dis :

c’est celui ou celle que l’on aime d’amour.

 

Tout aisément à chacun on peut le faire

comprendre. Sans rivale, éclipsant

en beauté les créatures mortelles, Hélène a laissé son époux,

le meilleur des guerriers.

 

Elle a fait voile vers Troie.

Ni de sa fille ni de ses chers parents

elle ne s’est souvenue ; Hors du chemin [Cypris]

la séduisit...

 

... facile à courber...

... le coeur léger...

... maintenant me vient le souvenir d’Anactoria,

l’absente.

 

La grâce adorable de son pas,

l’éclat changeant de son radieux visage,

j’aimerai mieux les voir que vos chars de guerre lydiens

et votre infanterie en armes.

 

Non ! ce ne peut arriver...

... qu’un homme... mais prier pour le partage

 

... au-delà de l’attente.

 

 

Traduit du grec par Yves Battistini,

In, Sapphô : Odes et fragments

Editions Gallimard (Poésie), 2005

Voir aussi :

 « Je t’ai possédée, ô fille de Kuprôs ! » (22/02/2017)

Aphrodite / εἰς Ἀφροδίτην (30/03/2017)

A une aimée (10/05/2017)

Nocturnes (14/05/201919)

 « Et je ne reverrai jamais... » (13/05/20)

Je serai toujours vierge (27/06/21)

« Je ne change point... » 19/05/2022)

Ode à Aphrodite (17/05/2023)

Confidences (16/05/2024)

Publicité
Publicité
Commentaires
Femmes en Poésie
Publicité
Archives
Publicité