06 juillet 2018

Marceline Desbordes – Valmore (1786 – 1859) : Elégie

  Elégie J’étais à toi peut-être avant de t’avoir vu.  Ma vie, en se formant, fut promise à la tienne ;  Ton nom m’en avertit par un trouble imprévu,  Ton âme s’y cachait pour éveiller la mienne.  Je l’entendis un jour, et je perdis la voix ;  Je l’écoutai longtemps, j’oubliai de répondre ;  Mon être avec le tien venait de se confondre ;  Je crus qu’on m’appelait pour la première fois.    Savais-tu ce prodige ? Eh bien, sans te... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 avril 2017

Marceline Desbordes – Valmore (1786 -1859) : Les séparés

  Les séparés   N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre. Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau. J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre, Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau.                               N'écris pas!   N'écris pas. N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes. Ne demande qu'à Dieu...qu'à toi, si je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2017

Marceline Desbordes – Valmore (1786 - 1859) : Qu'en avez-vous fait ?

  Qu'en avez-vous fait ?     Vous aviez mon coeur, Moi, j'avais le vôtre : Un coeur pour un coeur ; Bonheur pour bonheur !   Le vôtre est rendu, Je n'en ai plus d'autre, Le vôtre est rendu, Le mien est perdu.   La feuille et la fleur Et le fruit lui-même, La feuille et la fleur, L'encens, la couleur :   Qu'en avez-vous fait, Mon maître suprême ? Qu'en avez-vous fait, De ce doux bienfait ?   Comme un pauvre enfant Quitté par sa mère, Comme un pauvre enfant Que rien ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 février 2017

Marceline Desbordes – Valmore (1786 - 1859) : Les Roses de Saadi

  Les roses de Saadi   J'ai voulu ce matin, te rapporter des roses ; Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir. Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées.  Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir. La vague en a paru rouge et comme enflammée.  Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée : Respires-en sur moi l'odorant souvenir.    Poèmes inédits,  Jules Fick, Genève,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :