12 octobre 2017

Andrée Chedid (1920 – 2011) : Par-delà les mots

Par-delà les mots…   Par-delà les mots Elle sécrète la parole   En deçà du verbe Elle questionne l’univers   Au-delà des murailles Elle nomme la liberté   En deçà de chaque flot Elle révèle l’océan   Désertant les conquêtes Elle promet l’équipée   Elle remue le souffle Sacre l’humble outil   Elle assemble les fragments Du visage dispersé   Et désigne le mystère Qui demeure entier.   Par delà les mots… Editions Flammarion, 1995 Du même auteur : Le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2017

Andrée Chedid (1929 – 2011) : Je t’aime, hostile oiseau

  Je t’aime, hostile oiseau   Ce n’est pas de mourir que nous mourrons   Mais de porter le jour en mille échardes D’être la proie d’un seul de nos visages De tenir nos maisons pour le lieu   Ce n’est pas de mourir que nous mourrons   Mais de l’écume qui perd mémoire de ses tempes d’océan   De l’herbe forcée dans son repaire Des plaines que l’heure racornit   Gorgés de forêts insondables De n’en dévoiler qu’un rameau Et du hasard, Atoll qui se réduit   Vie tigrée sur nos... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 mars 2017

Andrée Chedid (1920 – 2011) : L’escapade des saisons

    L’escapade des saisons   Je t’aimais Dans l’orage des sèves Je t’aime Sous l’ombrage des ans   Je t’aimais Aux jardins de l’aube Je t’aime Au déclin des jours   Je t’aimais Dans l’impatience solaire Je t’aime Dans la clémence du soir   Je t’aimais Dans l’éclair du rêve Je t’aime Dans l’estuaire des mots   Je t’aimais Dans les foucades du printemps Je t’aime Dans l’escapade des saisons   Je t’aimais Aux entrailles de la vie Je t’aime Au portail de la mort. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2017

Andrée Chedid (1920- 2011) : Le cœur navigant

  Le coeur naviguant   Loin des cultes qui nous réduisent en cendres, Des temples où le ciel se force en vain une entrée, Loin des puissances d’airain que d’autres puissances culbutent   Élisons encore la vie Au sommet du jour blessé.   Plutôt le fruit hasardeux Que la lettre de marbre, Plutôt toujours chercher Et ne jamais savoir :   Arc à travers buissons, Aile à travers pièges, Que la sinistre fresque d’une vérité bouclée.   Le temps fond comme cire, Et les verrous ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :