16 février 2019

Zu Shuzhen / 朱淑真 (1135 – 1180) : En regardant voler les couples d’hirondelles

  En regardant voler les couples d’hirondelles   Un rayon oblique envahit ma chambre solitaire, Déjà le crépuscule assombrit à demi ma porte, Les hirondelles feignent d’ignorer ma si grande tristesse Sous l’auvent de ma demeure, deux par deux, elles tourbillonnent en liberté.   Traduit du chinois par Shi Bo in, «A celui qui voyageait loin. Poèmes d’amour de femmes chinoises, (VIIème – XVIème siècle) » Editions Alternatives, 2000 Voir aussi : Sur l’air « Sheng tsa tse »... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2018

Zu Shuzhen / 朱淑真 (1135 – 1180) : Touchée par les paroles d’un fermier pendant les chaleurs sèches

  Touchée par les paroles d’un fermier pendant les chaleurs sèches Kure wen tianfu yu you gan   Roue du soleil, feu charrié qui brûlent le ciel infini, Jours caniculaires du sixième mois, Les nuages secs en dix mille paliers rougeoient sans pleuvoir, La terre se fend, les fleuves tarissent, poussière soulevée par le vent. Les paysans craignent la mort des grains dans les champs, Pédalent dans les norias, secourant les champs sans répit. En ces longues journées, affamés, assoiffés, gorges en feu, Sueur de sang,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2018

Shū Ting / 舒婷 (1952 -) : La perle, cette larme de mer

  La perle, cette larme de la mer   Dans ma paume tremblante est posée une perle, telle une larme jaune pâle gouttant de la mer…   quand les flots s’éloignent pleins de ressentiments, sanglotent devant la blanche poitrine de la terre, elle est larme brûlante dans les yeux du héros, elle a sa loyauté, la lumière envieuse                    ne saurait la changer en goutte d’eau pure ; quand l’ovation des vagues... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mai 2017

Ma Kiang Lan (XVIème siècle) : l’orchidée que j’ai peinte

  L’orchidée que j’ai peinte     (1)  D'où vient ce vent tout chargé de parfum ? Pour l'accueillir, devant mon rideau, je brave le       froid du printemps. Je suis trop pauvre pour m'acheter des orchidées, Aussi j'en peins une sur une feuille de papier.    (2) D'une vraie fleur solitaire sur sa tige Nul n'a pitié. Mais celle que j'ai peinte, Ne craint ni le vent froid ni la pluie oblique.    Traduit du chinois par Patricia Guillermaz In,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2017

Zu Shuzhen / 朱淑真 (1135 – 1180) : Sur l’air « Sheng tsa tse »

  Sur l’air « Sheng Tsa Tse »   L’an dernier, à la Fête des Lanternes, Le marché aux fleurs avait l’éclat du jour. Quand la lune monta au bout des saules, Après le crépuscule, j’allais retrouver mon bien-aimé.   Cette année-ci, à la même Fête, Ni lune ni lanternes n’ont changé. Mais je ne vois plus l’ami de l’an passé Et les pleurs trempent la manche de ma robe.   Traduit du chinois par Patricia Guillermaz In, « La poésie chinoise des origines à la révolution » Editions... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 avril 2017

Shū Ting / 舒婷 (1952 –) : Au chêne

  Au chêne   Je t’aimerais… non comme font les fleurs de givre grimpantes qui t’empruntent ta plus haute branche pour te faire valoir ; je t’aimerais… non comme fait l’oiseau enamouré qui rabâche pour ton ombre un chant pur ; je ne m’en tiendrai pas à imiter la source qui a longueur d’année offre la fraîcheur de sa consolation ; ni les sommets périlleux qui te rehaussent, font sortir ta dignité. Ou même la lumière. ou même la pluie. Non, tout cela ne suffirait pas ! Je devrais être un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2017

Shū Ting / 舒婷 (1952 - ) : - ? !

  ? !   Alors c’est vrai tu veux m’attendre attendre que j’aie semé le grain de mon panier attendre que j’aie ramené à la maison les abeilles égarées attendre que sur les bateaux, dans les villages, dans les usines                on ait allumé torches et lampes à huile attendre que j’aie lu les fenêtres brillantes ou obscures                et que j’ai fini de dialoguer avec... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :