08 avril 2017

Danièle Collobert (1940 – 1978) : Là-ramassé…

  Là-ramassé…   Là-ramassé - les genoux repliés sous le ventre - le papier froissé dans les doigts - essayer dans les plis – les cassures – essayer de tracer un signe – de l’autre main engourdie – coincée entre les jambes et le bois – un signe - un dessin   Plus de possibilités d’invention – plus de personnages – solitude aussi de l’imagination – reste aujourd’hui ces murs – cette chambre blanche – une fois de plus – au centre – ou parfois appuyé contre l’un des murs – ou même enfoncé dans un angle – les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 avril 2017

Marina Tsvétaïeva / Марина Ивановна Цветаева (1892 -1941 ) : - Tentative de jalousie / Попытка ревности

  Tentative de jalousie   Comment ça va la vie avec une autre, plus simple, n'est-ce pas ? _ Rames, claquez ! _ S'est-il vite, le profil de la côte, Le souvenir, s'est-il vite masqué.    De moi, de moi, île désamarrée ? (Voguant de par le ciel, non sur les flots !) Ames ! Jamais amantes ne serez ! Soeurs vous serez ! Soeurs : vous ! C'est votre lot !    Comment ça va la vie près d'une femme Simple ? C'est comment sans divinités ? Votre souveraine, prince profane, Détrônates (ledit trône... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2017

Anna Akhmatova / Анна Ахматова (1889 – 1966) : Troisième élégie

  Troisième élégie Heureux celui qui aura vu le monde Dans les moments de haute destinée. Tiouttchev                            Une époque farouche M’a, comme une rivière fait rebrousser chemin. On m’a imposé une autre vie. Elle coulait Dans un autre lit, auprès d’un autre, Je ne connais plus mes rives. Oh ! j’ai manqué bien des spectacles, Le rideau s’est levé sans moi, Puis il est... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 avril 2017

Emily Jane Brontë (1818 – 1948) : Le soleil est couché / The sun has set

  Le soleil est couché, à présent l’herbe longue Oscille, languissante, dans le vent du soir ; L’oiseau s’est envolé de cette pierre grise Pour trouver quelque chaud recoin où se blottir.   Il n’est rien, dans tout ce paysage désert, Qui vienne frapper mon regard ou mon oreille, Si ce n’est que le vent, là-bas, Accourt en soupirant sur la mer de bruyères. Août 1837   Traduit de l’anglais par Pierre Leyris, 1n, « Emily Jane Brontë, Poèmes 1836 – 1846, Edition bilingue », Editions Gallimard,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2017

Wisława Szymborska (1923 – 2012)) : Monologue pour Cassandre / Monolog dla Kasandry

  Monologue pour Cassandre   C’est moi, Cassandre. Et voici ma cité recouverte de braises. Et voici mon bâton, mes rubans de prophète. Et voici ma tête pleine d’incertitudes.   C’est vrai, je triomphe. Le feu de ma raison lèche la voûte céleste. Seuls les prophètes que personne ne croît jouissent de tels spectacles ; seuls ceux qui s’y sont assez mal pris pour que tout s’accomplisse aussi rapidement comme s’ils n’avaient pas existé.   Je me souviens maintenant, très distinctement de ceux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 avril 2017

Hélène Cadou (1922 – 2014) : « Ce printemps trop grand pour moi… »

  Ce printemps trop grand pour moi Me fait peur dit le vivant   Il m’emporte à plein poumons Avec ses arbres son ciel Ses débordements de source   Laissez-moi dormir encore Un instant un seul instant   Pour que je compte mes bras Mes yeux mes jambes Et le nombre de mes doigts   Avant de saisir le jour Et d’y fonder ma demeure   Le livre perdu, Editions Rougerie, 1997 Voir aussi : « Ce soir / la nuit est bleue… » (18/01/2017)  « J’ai vu des paysages… »... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2017

Alliette Audra (1897 – 1962 ) : Pax

  Pax Ô souvent je voudrais que la vie éternelle Fût simplement cela : Quelques-uns réunis Dans un jardin qu'embaume encor la citronnelle, Réunis par amour dans l'été qui finit.   L'un d'entre eux serait juste arrivé de voyage. On le ferait asseoir près de la véranda Où est la lampe, afin de mieux voir son visage, Son uniforme usé, sa pâleur de soldat .   La plus jeune viendrait le tenir par sa manche, On n'oserait pas dire : " Tu es pâle..." Et lui, Devant cette douceur des très anciens dimanches ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2017

Francine Caron (1945 -) : « Midi – La mer caresse… »

    Midi - La mer caresse Elle s’étale et donne place au ciel   Et le corps monte avec le vent ce mouvement de chair heureuse épouse d’eau   Un plein soleil pour la frairie des épingles d’argent et le clocher de Batz comme un dé bleu   Bretagne au cœur suivi de Iliennes Editions Osiris,1985
Posté par bernard22 à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mars 2017

Maria Victoria Atencia (1931 -) : Le pain dur / El duro pan

  Le pain dur   Boire mon insomnie jusqu’à la dernière goutte. Fuir à travers champ, les bras grands ouverts. Savoir de quelles angoisses naissent mes poèmes. Déchirer ma robe avec douleur et sans larmes. Mordre le pain dur de l’égoïsme d’autrui. Me noyer dans le tumulte qui assaille mes entrailles. Abandonner le théâtre qui m’est offert au quotidien. Accrocher mon désamour à un collier de givre. Planter dans ma pelote des aiguilles rouillées. Briser les heures qui me pèsent sur les tempes. M’enfoncer peu à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2017

Sapphô / Σαπφώ (vers 630 – vers 580 av. J.C.) : Aphrodite / εἰς Ἀφροδίτην

  Aphrodite   Déesse au trône diapré, immortelle Aphrodite, Fille de Zeus, tisseuse de ruses, je te supplie : ni tourments nauséeux , ni fléau de l’angoisse,  pour me dompter, Souveraine, le cœur.   Viens à moi plutôt, si jamais autrefois, quand je criais de loin vers toi, tu as entendu ma voix, si tu m’as exaucée, quittant le palais de ton père pour venir jusqu’à moi, dans l’or   de ton char attelé : de beaux oiseaux t’entraînaient, des passereaux rapides, au-dessus de la terre bleu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :