31 octobre 2020

Anne-José Lemonnier (1958 -) : « Le vent déchirent les feuilles mortes... »

    Le vent déchirent les feuilles mortes et les vagues déferlent remontent sur la plage emportant les pensées échouées sans suite sur le sable   Demeure la table l’appui fidèle du bois son passé d’arbres et de racines force taillée dans la patience et dans la gravité des forêts   Demeure le chat coquillage de sagesse enroulé sur la page blanche   Le vent déchire les années déchire aussi les déchirements de tout ce temps   La main d’aujourd’hui rature les mots douleur et joie et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 octobre 2020

Marina Tsvétaïeva / Марина Ивановна Цветаева (1892 – 1941) ) : Ah ! les vains regrets de ma terre

    Ah ! les vains regrets de ma terre M’ont révélé tous leurs secrets ! Je suis, en tout lieu, solitaire, Peu m’import où je dois errer...   Portant mon sac, je rentre encore Du marché le long des bâtisses, Vers une maison qui m’ignore Comme une caserne, un hospice...   Mais peu m’importe de connaître, Pauvre lionne hérissée, Tous les milieux d’où je vais être Infailliblement évincée.   N’étant plus de ma langue éprise, Et sourde à son appel lacté, Ne pouvant plus être comprise,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2020

Déwé Gorodey (1949 -) : Nuits blanches

  Nuits blanches ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 octobre 2020

Nelly Sachs (1891 - 1970) : « C’est l’heure planétaire des fugitifs... « / « Das ist der Flüchtlinge Planetenstunde... »

    C’est l’heure planétaire des fugitifs. C’est la fuite arracheuse des fugitifs vers le haut mal, vers la mort !   C’est la chute astrale hors de l’arrestation magique du seuil, du foyer, du pain.   C’est la pomme noire de la connaissance, la peur ! Soleil d’amour éteint qui fume ! C’est la fleur de la hâte, aspergée de sueur ! Ce sont les chasseurs issus de rien, rien que de fuite.   Ce sont des pourchassés, qui portent dans les tombes leurs cachettes mortelles.  ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2020

Annie Salager (1965 -) : Courants d’amour par temps de paix

  Courants d’amour                             Courants de paix par par temps de paix                               temps de guerre   Parfois une épée traverse... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 octobre 2020

Hélène Cadou (1922 – 2014) : « Déjà je ne trouve plus ton visage... »

  Déjà je ne trouve plus ton visage Qui dérive sous l’épaisseur des jours Et déjà ta voix m’arrive si basse Que je ne sais plus écouter ton chant Me faudra-t-il oublier ton image Me perdre sans toi dans une autre nuit Pour qu’au fond de l’ombre et de la souffrance Naisse le printemps qui nous est promis.   Tu m’es revenu ce matin Le soleil est sur la maison Si je savais le retenir Dans la corbeille d’un beau jour Peut-être viendrais-tu parfois Faire halte au milieu de ta nuit Et dormir encore avec moi Dans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2020

Adèle Nègre (1965-) : « Tu ne tonitrueras pas... »

  Tu ne tonitrueras pas tu ne tu de tes buissons criants d’oiseaux tu ne dépasseras pas tes robes profondes ne soulèveras         Il y a quand même nourries de couleur rouge alerte ces bouches fleurs ouvertes au talus l’œil et le cri utopique figure cependant du sujet un relais         Cet ardent dedans que ravive le rouge coq froissement langue de rien flageolant sur sa jambe grêle à mon approche         Je danse avec ma peau et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2020

Denise Le Dantec (1939 -) : Les fileuses d’étoupes (II)

DR   Les fileuses d’étoupe (II)     Au lever du soleil le pommier ne porte qu’une      seule fleur Puis deux, puis trois, puis cent, puis mille Qui gonflent avec l’écume de la mer   Engourdi du nectar de l’abeille endormie Ton corps Repose sur le sol de poussière, dans les trous      des broussailles Et le mouvement des feuilles         Et me voici fleur unique sur l’unique pommier      de la mer La voile qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 septembre 2020

Liliane Wouters (1930 - 2016) : Frères humains

  Frères humains   « Parce que c’est lui, parce que c’est moi » nous disait Michel à propos d’Etienne. Pourquoi sommes-nous amis, toi et moi ? Pourquoi le gui préfère-t-il le chêne ? Les arbres, nombreux, verdissent au bois. Combien, pour le gui, feraient un asile ? Etienne et Michel, Hector et Achille, Comment expliquer ce qui va de soi ? Pourquoi celui-ci, j’en connais tant d’autres. Pourquoi le seul Jean parmi douze apôtres ? Parce que c’est lui, parce que c’est moi. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2020

Kadia Molodowski (1894 - 1975) / קאַדיע מאָלאָדאָװסק : Une prière

   Une prière   Je me réveille à l’aube et ma prière Est un poison amer. J’appelle le déluge une nouvelle fois A projeter plus haut que les tours et les toits Tous les flots de la mer, Que ne puise voguer nulle arche secourable.   O ! comme il sera bon le frôlement glacé De la mort. Peut-être éteindra -t-il la souffrance amassée Dans nos corps, Les décombres du cœur, la honte de mâcher Le pain, au bord Des cendres par monceaux de nos frères et sœurs.   O ! comme il sera bon de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :