17 janvier 2017

Anjela Duval (1905 – 1981) : Poèmes de jour, poèmes de nuit / Barzhonegoù noz, barzhonegoù deiz

  Poèmes de nuit, poèmes de jour   Si j’écris à l’ombre de ma lampe Des vers maladroits et creux Avec ce petit outil mal assuré dans ma main lasse Si j’écris le soir au dos d’enveloppes Des poèmes humbles : camelote Où l’on ne trouve que des fleurs sauvages… Et quelques miettes d’amour. Car tout cela je le fais pour ceux que j’aime.   Mais j’écris, moi, d’autres poèmes Et ce n’est pas à l’ombre de ma lampe Mais à la lumière du soleil Ce n’est pas au dos d’enveloppes Mais sur la poitrine nue de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2017

Louise Labé (1524 -1566) : « Baise m’encor… »

  Baise m'encor, rebaise-moi et baise ; Donne m'en un de tes plus savoureux, Donne m'en un de tes plus amoureux : Je t'en rendrai quatre plus chauds que braise.   Las ! te plains-tu ? Çà, que ce mal j'apaise, En t'en donnant dix autres doucereux. Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux, Jouissons-nous l'un de l'autre à notre aise.   Lors double vie à chacun en suivra. Chacun en soi et son ami vivra. Permets m'Amour penser quelque folie :   Toujours suis mal, vivant discrètement, Et ne me puis... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 janvier 2017

Joyce Mansour (1928 - 1986) : bleu comme le désert

    Bleu comme le désert   Heureux les solitaires Ceux qui sèment  le ciel dans le sable avide Ceux qui   cherchent le vivant sous les jupes du vent Ceux qui courent haletants après un rêve évaporé Car ils sont  le sel de la terre Heureuses les  vigies sur l'océan du désert Celles qui poursuivent le fennec au-delà du mirage Le soleil ailé perd ses plumes à l'horizon L'éternel été   rit de la tombe humide Et si un grand cri résonne dans les  ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 janvier 2017

Heather Dohollau (1925 - 2013) : "Matière de lumière les murs..."

      Matière de lumière les murs Dans le retournement du soleil Comme la mer éclate ses limites en écume La clarté presse la clarté Au bruit d'une main La fleur s'ouvre en elle - même Sans faille l'épaisseur est de surface Les pierres saignent l'or du soleil la contre lulière recèle le jour Hors de toute prise Intact dans les ténèbres claires De sa finalité   Matière de lumière, Editions Folle Avoine, 1985   Voir aussi : « Si pour vivre … » (11/02/2017) De mon lit... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :