04 février 2017

Renée Vivien (1877 – 1909) : Victoire

  Victoire   Donne-moi tes baisers amers comme des larmes, Le soir, quand les oiseaux s’attardent dans leurs vols. Nos longs accouplements sans amour ont les charmes Des rapines, l’attrait farouche des viols.   Tes yeux ont reflété la splendeur de l’orage… Exhale ton mépris jusqu’en ta pâmoison, O très chère ! – Ouvre-moi tes lèvres avec rage : J’en boirai lentement le fiel et le poison.   J’ai l’émoi du pilleur devant un butin rare, Pendant la nuit de fièvre ou ton regard pâlit… ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 février 2017

Claire Genoux (1971 -) : « Ne rien dire de mon corps… »

  Ne rien dire de mon corps que les sommeils colportent d’une nuit à l’autre comme un cavalier nu ne rien dire des veines décousues par les doigts des hommes ni de cette poitrine sur laquelle marchent les oiseaux ne pas parler non plus des fées féroces que le travail a penchées sur leur rouet surtout ne pas citer les mots qui ouvriraient mon ventre comme une voile   in, Jean Orizet « La poésie française contemporaine », Le Cherche-midi éditeur, 2004 Voir aussi : Gardons ce corps … »... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2017

Louise Warren (1956 -) : « Minuit moins vingt... »

  Minuit moins vingt, tu te tiens dans l’embrasure de la porte, tu frôles mes genoux, prends-moi toute. Tu peux rester ici ce soir si tu le veux. La prochaine fois on se parlera moins, la langue simplement pour lécher partout. Une correspondance s’insinue entre la peau et la caresse, je cachette l’enveloppe et laisse ma bouche faire des bulles avec le réel. Tu ne sais pas grand-chose de moi. Tu connais le goût du vin laissé sur ma langue mais tu n’as pas goûté ma bouche gonflée de sommeil. Tu sais que la nuit je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2017

Kiné Kirama Fall : « Ô que l’eau soit !... »

    Ô que l’eau soit ! Que du ciel descende La grâce des pluies Que jaillissent puits sources et fontaines Que boive celui qui a soif Mange celui qui a faim Que verdisse et refleurisse Toute ma terre blessée Ô seigneur Nos cris N’éveillent-ils plus L’écho de Ta miséricorde De Ta pitié Pitié Seigneur Pitié pour ma terre   In, Edouard Maunick « Poèmes et récits d’Afrique noire, du Maghreb, de l’océan indien et des Antilles », Le Cherche -  Midi éditeur, 1997
Posté par bernard22 à 14:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2017

Maria Luisa Artecona de Thompson (1919 - 2003) : Temps de l’arbre / Tiempo del árbol

  Temps de l’arbre   Ce n’était pas l’arbre. Mais la brise, oui, et l’oiseau et la prière de l’oiseau; et la doctrine du fruit, le rituel des papillons jaunes. Ce n’était pas l’arbre. Mais le campanile, oui, des corolles et la terre pour la descente des fleurs et la racine des pluies et la broderie des ombres et le  bras vert dans la bruine. Ce n’était pas l’arbre. Mais le nuage, oui, et le vent et la voix, le corps et l’âme du vent et les membres pour la soif de l’eau et les entrailles pour le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 janvier 2017

Samantha Wynne - Rhydderch (1966 -) : Il fait partie des meubles

  Il fait partie des meubles   Depuis que je l’ai fait empailler et monté sous vitrine mon mari est vraiment devenu ce qu’il a toujours été : une pièce de mobilier. Toujours assis en silence à scruter par la fenêtre, je me suis assurée qu’il puisse le faire en permanence je sais qu’il m’en saurait gré, il a toujours voulu faire étalage dans son plus beau paletot attirer l’attention. Ca lui convient : il est bien mieux éviscéré plutôt qu’à déblatérer     Traduit de l’anglais par Eve... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 janvier 2017

Denise Le Dantec (1939 -) : « Nous ne sommes plus rien… »

Nous ne sommes plus rien Quand nous plongeons nos yeux dans nos miroirs Et peignons nos cheveux du côté où nous ne     sommes pas   Enroulée dans le drap des ténèbres   Les Fileuses d’étoupe. Editions Folle avoine, 1985  
Posté par bernard22 à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 janvier 2017

Kalina Kovatcheva (1943 - ) : La porte

  La Porte   L’un entre dans la Vie L’autre en sort.   Et la porte reste toujours Ouverte.   Traduit du bulgare par Anélia Véléva In Revue « Hopala, N° 21, Novembre 2005 – Février 2006 » Voir aussi : Courrier (04/11/2017)      
Posté par bernard22 à 12:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2017

Yosano Akiko / (与謝野晶子 (1878- 1942) : « le printemps est si court… »

      Le printemps est si court à quoi bon parler de la vie éternelle ? Murmurais-je en lui tendant mes seins   Traduit du japonais par Yves – Marie Allioux In « Poèmes de tous les jours. Anthologie proposée et commentée par Ôoka Makoto ». Picquier, 1993    Voir aussi :   « sur ma peau… » (11/04/2017)  
Posté par bernard22 à 16:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2017

Andrée Chedid (1920- 2011) : Le cœur navigant

  Le coeur naviguant   Loin des cultes qui nous réduisent en cendres, Des temples où le ciel se force en vain une entrée, Loin des puissances d’airain que d’autres puissances culbutent   Élisons encore la vie Au sommet du jour blessé.   Plutôt le fruit hasardeux Que la lettre de marbre, Plutôt toujours chercher Et ne jamais savoir :   Arc à travers buissons, Aile à travers pièges, Que la sinistre fresque d’une vérité bouclée.   Le temps fond comme cire, Et les verrous ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :