02 mars 2019

Anne Perrier (1922 – 2017) : « Voici ma place... »

  Voici ma place Pour l’éternité Une chaise de paille basse Le silence et l’été Un mur que le ciel a fendu Comme une rue Et mon âme qui s’habitue A dire tu   Le petit pré Editions Payot, Lausanne (Suisse), 1960 Voir aussi :  « Lorsque la mort viendra… » (20/01/2017)  Prière (01/03/2017) : « Ce n’est pas assez… » (21/04/2017) « Suis-je venue… » (03/03/18)
Posté par bernard22 à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 février 2019

Marguerite de Navarre (1492 – 1549) : « Las ! tant malheureuse je suis ... »

  Las ! tant malheureuse je suis, Que mon malheur dire ne puis, Sinon qu'il est sans espérance : Désespoir est déjà à l'huis (*)          (*) porte Pour me jeter au fond du puits Où n'a d'en saillir apparence.   Tant de larmes jettent mes yeux Qu'ils ne voient terre ni cieux, Telle est de leur pleur abondance. Ma bouche se plaint en tous lieux, De mon coeur ne peut saillir mieux Que soupirs sans nulle allégeance (*).    (*) soulagement     ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2019

Ananda Devi (1957 -) : « Je ne vous connais pas ... »

  Je ne vous connais pas J'ignore jusqu'à votre nom Votre visage m'est étrange Balafré de sa rage   Quand vous déchirerez ma page Vous saurez qui j'étais Un trou, un remous Un déchet sur un rêve   Vous le maître de nos destins Dont je ne connais pas le nom D'où vous vient cette colère Cette fureur sans pardon ?   J'ai eu beau fuir Vous me ramenez Me tirant par mes cheveux Comme la dernière des damnées.   Quand la nuit consent à me parler Editions Bruno Doucey, 2011 Voir aussi : ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 février 2019

Zu Shuzhen / 朱淑真 (1135 – 1180) : En regardant voler les couples d’hirondelles

  En regardant voler les couples d’hirondelles   Un rayon oblique envahit ma chambre solitaire, Déjà le crépuscule assombrit à demi ma porte, Les hirondelles feignent d’ignorer ma si grande tristesse Sous l’auvent de ma demeure, deux par deux, elles tourbillonnent en liberté.   Traduit du chinois par Shi Bo in, «A celui qui voyageait loin. Poèmes d’amour de femmes chinoises, (VIIème – XVIème siècle) » Editions Alternatives, 2000 Voir aussi : Sur l’air « Sheng tsa tse »... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2019

Louise Labé (1526 – 1566) : « Telle j’ai vu... »

  Telle j’ai vu, qui avait en jeunesse Blâmé Amour, après, en sa vieillesse, Brûler d’ardeur et plaindre tendrement L’âpre rigueur de son tardif tourment. Alors de fard et eau (*) continuelle                            (*) eau de toilette Elle essayait se faire venir belle, Voulant chasser le ridé labourage Que l’âge avait gravé sur son visage. Sur son chef gris, elle avait empruntée ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 janvier 2019

Brigitte Oleschinski (1955 -) : Puis à nouveau le long des façades / Dann nieder die niedrigen buckligen

  Puis à nouveau le long des façades basses et bossues   au crépi qui s’effrite, les pavés bourdonnant comme du gâteau encore chaud entre les bordures raides et obliques du caniveau. Dans la cour, la sueur fraîche pose un glaçage sur les minces plaques dans la cour qu’un métier enchanté ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2019

Gilberte H. Dallas (1918 - 1960) : « Les ancolies d’ébène... »

  Y Les ancolies d’ébène guettent la mourante dévorée par la pluie Les rues la serrent l’enlacent Elle marche dans la jungle de béton Elle tend son corps comme une phrase délavée. Elle titube celle qui aurait pu être ma mère Elle titube la mère qui n’a pas de ventre, En sa place mes yeux agrandis, Deux yeux immenses deux glands desséchés Greffe de la mort Pauvre mère stérile berce dans ta chair Mes yeux d’enfant perdu Mes yeux comme une herbe qui mâche l’épouvante Mes yeux d’extra lucide Pauvre loque de sel ! ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 janvier 2019

Virginia Pésémapéo - Bordeleau (1951 -) : « Je suis de promiscuité... »

  Je suis de promiscuité, de trois enfants par lit. Je suis de fierté farouche, de confort et d’indifférence.   Je suis de demi-frères suicidés dans leur silence des réserves. Je suis de demi-frères criards qui veulent et la chèvre et le chou. Je suis de deux races en mal de vivre, de leur incapacité à se rejoindre.   Je suis le pont entre deux peuples qu’un accident de parcours a tendu au-dessus d’un précipice.   Je suis riche de différences, marquée au fer du paradoxe. Je suis de blanche... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 décembre 2018

Jacqueline Astégiano (19? -) : L’Arbre

L’arbre   L’Arbre apprend l’oiseau en se couvrant d’ailes   Tout un été   Et lorsque s’en vont les oiseaux migrateurs                Icare Tombe en feu dans ses branches   Une chouette dans les pommes Editions Le dé bleu, 85310 Chaillé-sous-les-Ormeaux, 1998
Posté par bernard22 à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 décembre 2018

Claire Genoux (1971 -) : Carrouge

    Carrouge   Le ciel vide de novembre m’a dicté cette halte d’un geste sûr j’entre et c’est à droite dans le cimetière carré la pierre dans les graviers gris les plantes en touffes calmes et sèches le nom effacé dans la pierre   c’est alors que je devine votre visage d’En-bas vos lèvres prises dans la mousse et posée à votre front frais la couronne de broussailles et de terre qui se dénoue lentement   cet après-midi de novembre les corneilles chantent un refrain sans réponse et la pluie... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :