08 mars 2019

Rita Mestokosho (1966 -) : Mistapéo, l’âme de la Tierra

  Mistapéo, l’âme de la Tierra   Ninakamum tshetshi petuikan je chante pour que tu m’entendes voilà ce que mon Mistapéo te dit Je marche sur la pointe des arbres pour que tu me voies je vole seulement quand je dors le ciel est d’un bleu violet ma voix n’est pas la mienne elle est faite du grand mystère   natuta neme ninakamum entends entends les bruits je suis comme l’arbre au printemps que le vent assaille avec douceur je m’accote contre la mer elle est froide là d’où je viens j’aime penser qu’elle... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2019

Virginia Pésémapéo - Bordeleau (1951 -) : « Je suis de promiscuité... »

  Je suis de promiscuité, de trois enfants par lit. Je suis de fierté farouche, de confort et d’indifférence.   Je suis de demi-frères suicidés dans leur silence des réserves. Je suis de demi-frères criards qui veulent et la chèvre et le chou. Je suis de deux races en mal de vivre, de leur incapacité à se rejoindre.   Je suis le pont entre deux peuples qu’un accident de parcours a tendu au-dessus d’un précipice.   Je suis riche de différences, marquée au fer du paradoxe. Je suis de blanche... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2017

Anne Hébert (1916 – 2000) : Fin du monde

  Fin du monde   Je suis le cri et la blessure, je suis la femme à ton flanc qu’on outrage et      qu’on viole.   L’Apocalypse t’enchaîne à son char, l’horreur te lie les mains, amour,      amour, qui t’a crevé les yeux ?   Mon coeur de paix violente, je te l’avais donné, plus nu que mon corps.   J’ai des caresses ruisselantes, la mort et les larmes sont mes parures.   Mon âme, sous un feu si noir, sèche comme le sel, et ta soif s’y pose, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2017

Rita Mestokosho (1966 - ) : Un peuple sans terre

  Un peuple sans terre   Quand la lune sera pleine Et que le soleil sera rouge On verra alors sur la plaine Un homme faisant brûler de la sauge.   Sa peine sera immense comme la mer Car il aura vu la terre disparaître sous ses pieds. Les hommes machines l'auront dévorée les premiers Pour en faire une nouvelle cité.   Là où l'entraide et le respect n'existent pas Tu piétineras mon enfant, mais tu le fais déjà Ta soif d'ambition et de grandeur nous tuera Malgré tout cela, mon esprit survivra. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 avril 2017

Anne Hébert (1916 – 2000) : Neige

  Neige   La neige nous met en rêve sur de vastes plaines sans traces, ni    couleur Veille mon cœur, la neige nous met en selle sur des coursiers    d’écume Sonne l’enfance couronnée, la neige nous sacre en haute mer,    plein songe, toutes voiles dehors La neige nous met en magie, blancheur étale, plumes gonflées    où perce l’œil rouge de cet oiseau Mon cœur ; point de feu sous les palmes de gel file le sang qui    s’émerveille.   Poèmes Editions... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2017

Louise Warren (1956 -) : « Minuit moins vingt... »

  Minuit moins vingt, tu te tiens dans l’embrasure de la porte, tu frôles mes genoux, prends-moi toute. Tu peux rester ici ce soir si tu le veux. La prochaine fois on se parlera moins, la langue simplement pour lécher partout. Une correspondance s’insinue entre la peau et la caresse, je cachette l’enveloppe et laisse ma bouche faire des bulles avec le réel. Tu ne sais pas grand-chose de moi. Tu connais le goût du vin laissé sur ma langue mais tu n’as pas goûté ma bouche gonflée de sommeil. Tu sais que la nuit je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2017

Anne Hébert (1916 – 2000) :Soleil dérisoire

  Soleil dérisoire   Soleil jaune au poing Elle s'appelle Liberté On l'a placée sur la plus haute montagne Qui regarde la ville Et les pigeons gris l'ont souillée Jour après jour   Changée en pierre Les plis de son manteau sont immobiles Et ses yeux sont aveugles Sur sa tête superbe une couronne d'épines et de fiente   Elle règne sur un peuple de tournesols amers Agités par le vent des terrains vagues Tandis qu'au loin la ville fumante Se retourne sur son aire Et rajuste les chaînes aux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :