16 mars 2017

Christine de Pisan (1364 - 1430) : La fille qui n'a point d'ami

    La fille qui n'a point d'ami   À qui dira-t-elle sa peine, La fille qui n'a point d'ami ? La fille qui n'a point d'ami, Comment vit-elle ? Elle ne dort jour ni demi Mais toujours veille. Ce fait amour qui la réveille Et qui la garde de dormir. À qui dira-t-elle sa pensée, La fille qui n'a point d'ami ? Il y a bien qui en ont deux, Deux, trois ou quatre, Mais je n'en ai pas un tout seul, Pour moi ébattre. Hélas ! mon joli temps se passe, Mon téton commence à mollir. À qui dira-t-elle sa pensée, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2017

Claude Morenas (? – 2009) : Petit jour blanc

  Petit jour blanc   Petit jour blanc              lumière tamisée grise comme un éclairage de pluie              le souffle régulier de François fenêtre ouverte sur le vallon             toutes les voix d’oi- seaux éveillés parlent... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 mars 2017

Andrée Chedid (1920 – 2011) : L’escapade des saisons

    L’escapade des saisons   Je t’aimais Dans l’orage des sèves Je t’aime Sous l’ombrage des ans   Je t’aimais Aux jardins de l’aube Je t’aime Au déclin des jours   Je t’aimais Dans l’impatience solaire Je t’aime Dans la clémence du soir   Je t’aimais Dans l’éclair du rêve Je t’aime Dans l’estuaire des mots   Je t’aimais Dans les foucades du printemps Je t’aime Dans l’escapade des saisons   Je t’aimais Aux entrailles de la vie Je t’aime Au portail de la mort. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2017

Hélène Cadou (1922 - 2014 ) : "J'ai vu des paysages..."

    J’ai vu des paysages refermés sur leurs forêts Des nuits profondes comme des citernes Des arbres qui taisaient dans l’ombre leurs secrets Mais aujourd’hui les fenêtres du ciel S’ouvrent sur une province inconnue Où les blés montent plus haut que les étoiles Où les fontaines au coin des rues Fleurissent comme des lampes familières.  Je goûte un pain meilleur que le silence Et j’épelle les jours simplement pour le bonheur. Qui parle de retour ? Il faut saluer la vieille terre Et pour le grand... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2017

Alliette Audra (1897 – 1962) : N’envoyez plus de lettres

    N’envoyez plus de lettres, seulement des feuilles d’arbres, que le soleil détache ou le vent cueille ou l’automne abat et dépose entre vos mains. Je ne les recevrai jamais le lendemain, mais j’ai depuis toujours l’habitude d’attendre et mon cœur, de veiller, n’en sera pas moins tendre. Vous ne pourrez, c’est vrai, rien écrire dessus, cependant je lirai comme si j’avais su les paroles que vous formulez dans votre âme tant vos rêves ont pour moi l’éclat de la flamme. Choisissez les couleurs suivant le ton des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2017

Marie Noël (1883 -1967) : Crépuscule

      Crépuscule   L’heure viendra… l’heure vient… elle est venue Où je serai l’étrangère en ma maison, Où j’aurai sous le front une ombre inconnue Qui cache ma raison aux autres raisons.   Ils diront que j’ai perdu ma lumière Parce que je vois ce que nul œil n’atteint : La lueur d’avant mon aube la première Et d’après mon soir le dernier qui s’éteint. Ils diront que j’ai perdu ma présence Parce qu’attentive aux présages épars Qui m’appellent de derrière ma naissance, J’entends s’ouvrir... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2017

Christiane Baroche (1935 - ) : Soleil

  Soleil Hommage à Jean Cocteau   Mes yeux sont morts. Mon bonheur de lumière s’est enfoncé dans l’eau, L’interrogation de la nuit me tire A l’envers des surfaces, Je n’ai plus de la vie que sa racine obscure Et plus ne m’illumine que ton innocence Dans la tanière du jour. Enfant médiatrice, chante-moi le soleil Dans mon âme assourdie comme un bois sans clairière, Redis-moi son désordre et sa crépitation, Je ne reconnais plus que sa guenille chaude, Mes yeux sont morts de transparences.   Chante-moi... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2017

Joyce Mansour (1928 – 1986) : « Le téléphone sonne… »

  Le téléphone sonne Et ton sexe répond. Sa voix rauque de chanteur Fait frémir mes ennuis Et l’œuf dur qu’est mon cœur Frit.   Déchirures, Edition de Minuit, 1955 Voir aussi : Bleu comme le désert (15/01/2017) Chant arabe (22/03/2017) « Vous ne connaissez pas… » (29/04/2017) Trous noirs (22/03/2018)          
Posté par bernard22 à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 février 2017

Louise Labé (1524 – 1566) : « Je vis, je meurs… »

    Je vis, je meurs : je me brûle et me noie. J'ai chaud extrême en endurant froidure ; La vie m'est et trop molle et trop dure. J'ai grands ennuis entremêlés de joie ; Tout à un coup je ris et je larmoie, Et en plaisir maint grief tourment j'endure ; Mon bien s'en va, et à jamais il dure ; Tout en un coup je sèche et je verdoie.   Ainsi Amour inconstamment me mène ; Et, quand je pense avoir plus de douleur, Sans y penser je me trouve hors de peine.   Puis,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 février 2017

Heather Dohollau (1925 – 2013) : « Si pour vivre … »

  Si pour vivre il suffit de toucher la terre Comme le vent aux doigts légers joue dans le blé toujours mur L’amour serait le chant de l’oiseau dans l’arbre Le nuage qui passe dont même l’ombre reste claire Mais le blé ne germe qu’au soleil noir de la mort Et l’autre demeure notre linceul sous le ciel   Le Point de rosée, Editions Folle Avoine, 1999 Voir aussi : « Matière de lumière les murs… » (14(01/2017) De mon lit (21/03/2017) L’après-midi à Bréhat (28/04/2017) « Descendre à la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :