05 juillet 2017

Azadée Nichapour (1968 -) : Enigme

  Enigme   Heureusement que les miroirs sont différents   Sinon on se ressemblerait comme deux gouttes d’eau   On pourrait même se prendre pour soi-même Il ne manquerait plus que de se croire unique     Parfois la beauté Editions Seghers (Autour du monde), 2008 
Posté par bernard22 à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2017

Angèle Vannier (1917 - 1980) : L’aveugle à son miroir

  L'aveugle à son miroir   L'ange exterminateur a retourné mes yeux Vers la terre promise et la face de Dieu. Je bénis cette main qui m'a donné le droit De changer l'eau en vin à la table du roi.   Aveugle chaque jour, j'entre dans mon miroir Comme un pas dans la nuit comme un mort dans la tombe Comme un vivant sans coeur dans un corps de colombe. Mais je vois de mes yeux courir sous le manteau   Quelque chose de Dieu qui passe et qui repasse La couleur d'un amour qu'un regard d'homme... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2017

Laure Morali (1972 -) : « Je t’écris sans papier sans crayon… »

  Je t’écris sans papier sans crayon        Tu recevras  mes  lettres des quatre coins du vent car j’ai la certitude que tu m’attends au bout de mes voyages    Fille sans nom   Tout a commencé lorsqu’un nom    roche et glace      a ouvert le désir       Gaspésie le nom d’une péninsule   J’ai fait mes bagages avec la désinvolture qu’il faut    une juste mesure de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 mai 2017

Marie-Noël (1883 – 1967) : « Les chansons que je fais… »

  Les chansons que je fais, qu’est-ce qui les a faites ?...   Souvent il m’en arrive une au plus noir de moi… Je ne sais pas comment, je ne sais pas pourquoi C’est cette folle au lieu de cent que je souhaite.   Dites-moi… Mes chansons de toutes les couleurs, Où mon esprit qui muse au vent les a-t-il prises ? Le chant leur vient – d’où donc ? – comme le rose aux fleurs Comme le vert à l’herbe e t le rouge aux cerises.   Je ne sais pas de quels oiseaux, en quel pays De buissons creux et pleins de songe... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 mai 2017

Catherine Pozzi (1882 – 1934) : Vale

  Vale   La grande amour que vous m’aviez donnée Le vent des jours a rompu ses rayons — Où fut la flamme, où fut la destinée Où nous étions, où par la main serrée           Nous nous tenions     Notre soleil, dont l’ardeur fut pensée L’orbe pour nous de l’être sans second Le second ciel d’une âme divisée Le double exil où le double se fond     Son lieu pour vous apparaît cendre et crainte, Vos yeux vers lui ne l’ont pas reconnu L’astre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mai 2017

Sabine Sicaud (1913 – 1928) : « N’oublie pas la chanson du soleil, Vassili… »

  N’oublie pas la chanson du soleil, Vassili, Elle est dans les chemins craquelés de l’été, dans la paille des meules, dans le bois sec de ton armoire, … si tu sais bien l’entendre. Elle est aussi dans le cœur du criquet. Vassili, Vassili, parce que tu as froid, ce soir, Ne nie pas le soleil.   Les poèmes de Sabine Sicaud Editions Stock, 1964 Voir aussi : Vous parlez ? (14/04/2017)   Chemins du Nord (07/02/2018)  
Posté par bernard22 à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 avril 2017

Jeanne Mégnen (19 ? – 19 ?) : Demain, commencera le bruit.

  Demain, commencera le bruit   La lumière crie, elle m’épaule. Le rayon perpétue l’ardeur étale, Les cordes sont tendues à se rompre… … Vous vous taisez…   Je me heurte de front à l’arbre décharné. Parce que tout est muet, j’entends l’air craquer…                Patiente. Les ailes étendent leur ombre sur nos prés et nous gardent. Tous les chiens sont rentrés. Les clochettes marchent en couronne vers la falaise.   Nous porterons... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 avril 2017

Joyce Mansour (1928 – 1986) : Pericoloso sporgersi

  Pericoloso sporgersi   Nue Je flotte entre les épaves aux moustaches d’acier Rouillées de rêves interrompus Par le doux ululement de la mer Nue Je poursuis les vagues de lumière Qui courent sur le sable parsemé de crânes blancs Muette je plane sur l’abîme La gelée lourde qu’est la mer Pèse sur mon corps Des monstres légendaires aux bouches de pianos Se prélassent dans les gouffres à l’ombre Nue je dors   * Vois je suis dégoûtée des hommes Leurs prières leurs toisons Leur foi leurs façons J’en ai... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2017

Heather Dohollau (1925 – 2013) : L’après-midi à Bréhat

  L’après-midi à Bréhat   pour Tanguy   Débarquer dans l’île est une entrée en douceur. Comme si d’être tenue en main de mer faisait trembler une balance sensible, une respiration secrète.   On pénètre dans l’île par un chemin qui va vers l’intérieur. Avec la royauté des maisons sur leur socle rocheux et l’étonnement des arbres d’avoir si près d’eux le tout autre.   La lumière est une couronne placée par des mains invisibles sur notre tête à tous. Partout la mer est regard et l’île – une ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2017

Pernette du Guillet (1520 – 1545) : « La nuit était pour moi si très-obscure… »

  La nuit était pour moi si très-obscure Que Terre et Ciel elle m'obscurcissait, Tant qu'à Midi de discerner figure N'avais pouvoir - qui fort me marrissait (*) :     (*) m’affligeait Mais quand je vis que l'aube apparaissait En couleurs mille et diverse, et sereine Je me trouvai de liesse si pleine - Voyant déjà la clarté à la ronde - Que commençai louer à voix hautaine (*)      (*) à haute voix Celui qui fit pour moi ce Jour au Monde.     Rymes de gentile, et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :