03 février 2023

Louise Labé (1526 – 1566) : « Je fuis la ville... »

Un portrait, tardif et imaginaire, de Louise Labé © PHOTO JOSSE / LA COLLECTION   Je fuis la ville, et temples, et tous lieux Esquels, prenant plaisir à t'ouïr plaindre, Tu pus, et non sans force, me contraindre De te donner ce qu'estimais le mieux. Masques, tournois, jeux me sont ennuyeux, Et rien sans toi de beau ne me puis peindre ; Tant que, tâchant à ce désir éteindre, Et un nouvel objet faire à mes yeux, Et des pensers amoureux me distraire, Des bois épais suis le plus solitaire. Mais j'aperçois, ayant erré... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 janvier 2023

Pavie Zygas (1949 -) : Berceau de branches vide

  Berceau de branches vide   Rose impudique de l’occident feuille grise du lotus sur la marée d’automne   ne pas écrire au point où tout concorde   la terre dans la main on écoute au-dedans quelque signe dressé ceux qui ne parlent pas – la pierre écrase le lézard il ne crie pas – la fureur de la guerre la plante côté nord tendue vers la lumière       Vivre ici et maintenant parmi nos bombes à fragmentation porter haut le cliquetis des mots de nos cent fleurs épanouies ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 janvier 2023

Izanne (19? -) : Lilith. Chant IV

  Photo de Izanne -   Lilith (Chant IV)   Je suis l’étoile de la bergère la louve qui sort de sa tanière la salive de la rage la plume dans le goudron le sable sous les pavés la foudre sans le tonnerre la main d’Inanna l’enfant de la cité d’Akkad la poussière de Ninsikila le sein de Marie Magdalène la reine de Zmargad la promesse de la moisson pas la moisson l’annonce de la mousson pas la mousson l’élixir, le poison et l’antidote à ma guise la pâmoison le mirage de l’extase la passion de Caïn ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 janvier 2023

Andrée Chedid (1920 – 2011) : Jeunesse

Carte 1er jour   Jeunesse   Jeunesse qui s’élance Dans le fatras des mondes Ne te défais pas à chaque ombre Ne te courbe pas sous chaque fardeau   Que tes larmes irriguent plutôt qu’elles ne te rongent   Garde-toi des mots qui se dégradent Garde-toi du feu qui pâlit   Ne te laisse pas découdre tes songes Ni réduire ton regard   Jeunesse entends-moi Tu ne rêves pas en vain     Poèmes pour un texte Editions Flammarion, 1991   Voir aussi : Le cœur naviguant... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 janvier 2023

Gilberte H. Dallas (1918 – 1960) : « Je vous envoie... »

  U   Je vous envoie, enveloppant ce poème froissé, cette mappemonde de cristal. Ma gorge est close comme une boîte rouillée Des cyclamens blancs à tête d’ocelots me veillent, arrachant à mon sommeil des lambeaux de chair Oh ! pulpes des grenades éclatées, seins béants. Où es-tu Marie ? Petite sœur, reflet. Des rais de chaleur perforent la cage de l’ascenseur délivrant le camphre du désir. Je suis riche, riche comme un kaléidoscope Plongez vos mains dans mon ventre, retirez-en l’arc-en-ciel qui me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 décembre 2022

Joyce Mansour (1928 – 1986) : Papier d’argent

  Joyce Mansour, par Gilles Ehrmann   Papier d’argent   Je veux vivre à l’ombre de ton visage Plus hostile que le bois Plus vigilant que Noé Penché sur les flots Je veux creuser des routes dans les lunaires collines De ton corps Allumer des feux dans les creux de tes paupières Savoir te parler et partir quand il est temps Encore Je veux vivre lentement dans le jeu de ton décor Flotter entre mère et père Tel le sourire de l’écho dans la pénombre Dévêtue Etre l’étincelle de l’oreiller Entendue par le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2022

Anne-José Lemonnier (1958 -) : Les yeux de l’Aven (2)

  Les yeux de l’Aven (2)   .......................................................... Paysage de Bretagne   Il reste au paysage ce que la mer en sa violence laisse debout quelques chaumières bien tapies contre le sol toits immenses et pentus destinés aux pluies interminables avec deux cheminées pour naviguer l’hiver   Dans le rose aussi vieux que l’amitié du monde un piétinement dessine une présence Le ciel porte l’empreinte de trois nuages Sur ce hameau perdu sans nom ces toits voués au seul... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 octobre 2022

Josée Lapeyrère (1944 – 2007) : Moments donnés ou Physiologie des Muses

  Moments donnés ou Physiologie des Muses (1969 -1970)   (alanguie   il n’est de proie que l’ombre   s’effaçant nos images   dans l’infinité des miroirs de rares fois   la transparence nous habille à nos couleurs nous nous voyons   entre deux bleus hivers ) à Juan-Pablo Iommi   fou mon amour voyant se creuse un golfe et plein de glaïeuls quand s’approche sans rien d’autre escarboucle   aimée   brassée le pain   la cendre à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2022

Hélène Cadou (1922 - 2014) : « Il faisait froid comme aujourd’hui... »

  Editions Calligrammes     Il faisait froid comme aujourd’hui Je te voyais à travers la vitre embuée Sur le trottoir d’une quelconque auberge De notre pays Tu étais bleu comme la fumée de ta cigarette Pâle comme le mort que tu es devenu Et moi Perdue au fond de ce vieil autocar Par ce temps froid de givre bleu d’étoile nue J’apercevais soudain pour la première fois Derrière la vitre Derrière le givre de ton image éternelle Toi tu rêvais dans la fumée bleue De ta cigarette Mais moi déjà je savais qu’un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2022

Adèle Nègre (1965 -) : Résolu par le feu (1)

  Résolu par le feu   Tout le temps à mâcher passe ne passe pas la couleur mange les astres monstres risibles et les roses la tête dans l’orange du couchant passe comestible comme le vert de la sauge passe l’acier de la rue bleue le nuage amer de l’armoise grande et royale plante de feu ou de rêve d’intense vision la larme douce couleur tremblée manger aussi l’armoise ou la boire car je ne craindrai plus ni l’eau ni le feu dit-on vision verrai rudérale les flaches sont gris ardoise gris tant ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :