25 juin 2022

Angèle Vannier (1910 – 1980) : Poème fermé

  Poème fermé à Théophile Briant   Un oiseau invisible existe dans l’espace Et chaque battement de ses ailes enfante Un compagnon de vol dans un univers clos.   Mon âme dort sous des paupières transparentes.   Egypte aux cheveux longs ma sœur en Osiris Je vais sur ma bruyère en glanant des ibis En cherchant les morceaux de mon rêve éclaté. Je ne suis pas de cette histoire sans parole Qu’on me raconte à la veillée pour m’endormir Mes aïeux ont tourné la tête du menhir Mais je connais le sol que ses... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2022

Françoise Morvan (1958 -) : Le bois des fables

Françoise Morvan © D. R.   Le bois des fables   Près de la cheminée le vieux fauteuil à fable Où le renard et la cigogne achevaient en silence De part et d’autre d’un vase à long col Un duel poussif dans la grisaille des feuillages Montrait au loin comme sorti d’un rêve Un grand château tranquille à deux tourelles Et c’est bien là qu’il aurait fallu vivre   Torpeur des bois bleutés paix des ombrages Fables de La Fontaine et contes de Perrault Laissant surgir loin des maîtres d’école Et du feu de la cendre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2022

Edith Azam (1973 -) : Tout Tom tout seul

  Tout Tom tout seul   Tom. Tom tout seul. En boule, électrisé. Tom ses mains, ses mains l’ont reconnu. Le corps a reconnu son nom. Mais Tom toujours, toujours mémoire : Partie. Ne sait plus toujours rien Tom. Aucun accès fichiers mémoire. A ses poignets la ligne juste, la juste ligne : Couteau / Mémoire.   Tom, toute la mémoire dans le corps, tout Tom rouler en boule, respire lentement. Essaie de défiger les choses. Essaie de trouver sensation pour rétablir contact au monde. Tom, tout Tom du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2022

Marceline Desbordes – Valmore (1786 - 1859) : Ma chambre

  Ma chambre Ma demeure est haute, Donnant sur les cieux ; La lune en est l’hôte, Pâle et sérieux : En bas que l’on sonne, Qu’importe aujourd’hui ? Ce n’est plus personne, Quand ce n’est plus lui !   Aux autres cachée, Je brode mes fleurs ; Sans être fâchée, Mon âme est en pleurs ; Le ciel bleu sans voiles Je le vois d’ici ; Je vois les étoiles Mais l’orage aussi !   Vis-à-vis la mienne Une chaise attend : Elle fut la sienne, La nôtre un instant ; D’un ruban signée, Cette chaise est là, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2022

Cartographie Messyl (19 ? -) : Le verbe

Photographie : Litzic   Le verbe   Aujourd’hui, je me suis dévêtue Totalement je dis Ou Trois fois le rien Porté les bras ouverts Je suis le verbe Le corps en verbe Pas de terminaison Aucune conjecture   Ni le temps ni l’espace Pas même le présent Le verbe dans son infinitif Brut et sans mouvement Posé dans le froid du dico Ou plutôt évadé L’infinitif qui n’attend rien Qui se vit           ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mars 2022

Clod’Aria (1916 - 2015) : « Depuis qu’il était gaga... »

    Depuis qu’il était gaga qu’elle le poussait dans une petite voiture son Don Juan elle était soulagée l’épouse soulagée tranquille souriante il était là bien à elle comme un bébé il n’irait plus jamais la tromper   (Voir vivre, 1977)   Poèmes choisis Plein chant éditeur, 1976 Voir aussi :   La mère de famille (30/03/2019) Symbole (27/03/2020) J’ai jamais pu... (31/03/2021)
Posté par bernard22 à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 mars 2022

Heather Dohollau (1925 – 2013) : Lieux

  Lieux   ELOGE DE L’ENNUI LLWYN Y PIA   D’ici à là-bas     le monde s’étire l’ennui a pris     un visage d’herbe midi est loin     au bord de la pelouse   chaque fleur de pensée     bricole son espace pétales veloutés     pourpre propre aux rois avec un œil jaune     pour tout regard   le vide en somme     se creuse à l’horizon l’éternité... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 février 2022

Danielle Collobert (1940 – 1978) : « déraper dans les souvenirs... »

  déraper dans des souvenirs de pluie le long des docks sur les quais – sur la ville - ou sur les terres rases – les dunes – en bordure de mer – des mots bien consistants – là – chargés d’images – lourds comme des bateaux pleins – des mots- clefs – pour ouvrir des paysages – des départs -  et d’autres souvenirs – avec des mots pour les visages – les mains – un corps -  vieilli souvent -  le prochain – bientôt – leurs corps – leurs regards – des mots ouvrants    Dire : I-II  Seghers /... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2022

Louise Labé (1526- 1666) : « Depuis qu’Amour cruel... »

  Depuis qu’Amour cruel empoisonna Premièrement de son feu ma poitrine Toujours brûlai de sa fureur divine, Qui un seul jour mon coeur n’abandonna.   Quelque travail, dont assez me donna, Quelque menace et prochaine ruine, Quelque penser de mort qui tout termine, De rien mon coeur ardent ne s’étonna.   Tant plus qu’Amour nous vient fort assaillir, Plus il nous fait nos forces recueillir, Et toujours frais en ses combats fait être ;   Mais ce n’est pas qu’en rien nous favorise, Cil qui des Dieux et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 janvier 2022

Claude Pujade-Renaud (1932 -) : « Juste devant moi... »

    Juste devant moi impérieux l’oiseau strie l’espace   Capte mon regard l’emporte au loin vers l’autre rive   Ne me le rends pas   Instants, incertitudes Le Cherche-midi éditeur, 2003
Posté par bernard22 à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :