AVT_Jany-Cotteron_5544[1]

 

Ventre

 

Au milieu du corps

l’ombilic

 

Entre dedans et dehors

la cicatrice

du début du monde

 

 

En ce temps-là

En ce temps-là des ventres tabernacles

de femmes sans nom

En ce temps-là des ventres à disposition

des ventres reproducteurs

 

 

 

Chaos brûlant où grouillent

les diables ricanants

Maudit soit le ventre des sorcières

des nonnes possédées

Déchiré      écartelé par les griffes exorcistes

en sortent des fœtus     des crapauds desséchés

 

 

Ventre quarante jours impur

des mères après les couches

Ventre épuisé d’enfants innombrables

d’enfants à nourrir

d’enfants à mourir

Ventre dévasté des jeunes filles avortées

Ventre replet et satisfait

des dieux accusateurs

des hommes procréateurs

 

 

 

En ces temps-ci

En ces temps-ci toujours

de ventres violés des femmes sans visage

En ces temps-ci de ventres martelés

par des panses guerrières

sous la défroque haineuse

de faux dieux invoqués

 

 

Ventres où saignent les enfants à venir

où saignent les enfants refusés

 

 

 

Ventre rond et pesant des mères

imposition des mains

sur l’œuf invisible de la filiation

Etreinte de plus en plus large

Caresse à l’enfant inconnu

Secret de chair dans leur chair

Ventre conquérant et las

 

 

Ventre où se noue la douleur

Ventre envahi     parcouru

Retenant     expulsant

Ventre     pertuis ouvert

Naissance

Premier cri

 

 

 

Ventre abandonné par l’enfant

le semblable

l’étranger

Cordon coupé

Ventre mou     inconnu

Déserté

 

 

 

Ventre oiseau de l’enfant

où s’enfouit le visage rieur de la mère

Plumage tiède qui s’ébroue

Note claire

Accord peau à peau

 

Ventre tanière où l’enfant s’est blotti

où se niche le visage de l’homme

où ses mots d’amour s’écrivent

Ventre doux sous les lèvres ardentes

 

 

 

Ventre gonflé de fatigue des fins de journée

d’idées amères des jours éteints

Ventre serré

de cris rentrés

de colères tues

 

ventre défait par les années

Ventre de la nuit

 

 

Pulpe des ventres de jeunes filles

dans le soleil de l’été

Au cœur du regard

offert et refusés

dansant l’attente

des premières amours

 

 

 

Ventre frémissant sous les doigts impatients

Ventre en courbes ondulantes

Ventre brûlant

Houles   Houles   L’emportent

Ventre qui s’ouvre   s’emplit   exulte

Digues rompues

 

 

 

 

Ventres des femmes

Ventre de la terre

 

 

Le chant des pierres et de l’eau

Editions Samizdat, 1218 Grand-Saconnex (Suisse)

Voir aussi :

F aille (18/08/2018)

N’importe où (14/08/2019)

Laisse-moi (19/08/2020)

Un jour (14/08/2021)

Là où creuse le vent (14/08/2022)