emily-jane-bronte-1818-1848-granger[1]Auteur anglais d'après un dessin de sa soeur Charlotte

 

Brouillard léger sur la colline

 

Brouillard léger sur la colline

Et qui ne parle pas d’orages pour demain :

Le jour a pleuré tout son saoul,

Épuisé sa réserve de muet chagrin.

 

Oh! je suis revenue aux jours de ma jeunesse,

Me voici enfant à nouveau,

Et de sous le toit paternel où je m’abrite,

De la porte du vieux château,

 

Je regarde le soir lourd de nuées descendre

Après une journée de pluie :

Des brumes bleues d’été, de tendres brumes tendent

Les montagnes de l’horizon.

 

Une moiteur imprègne la longue herbe verte,

Telles les larmes du matin,

Et des bouffées de senteur passent comme en rêve,

Respirant les jours anciens.

27 juillet 1939

 

Traduit de l’anglais par Pierre Leyris,

In, Emily Bronte : Poèmes (1836 – 1846)

Editions Gallimard, 1963

 

Sur les hauteurs, là-bas, flotte une brume tendre

Et demain sera sans orage ;

La journée qui s’achève a versé tous ses pleurs,

Epanchant sa peine en silence.

 

Je revois le passé lointain,

Je me retrouve encor enfant,

Et, de la maison paternelle,

De l’ombre du portail vétuste,

 

je vois descendre un soir encor plein de nuages

Après la longue pluie ;

Les montagnes, à l’horizon,

Se voilent de brume d’été :

Brumes de rêve, brumes bleues...

 

Plus dense que toute rosée,

L’eau fait ployer de longues herbes ;

Des parfums indécis flottent autour de moi

Ramenant les jours d’autrefois

27 juillet 1939

 

Traduit de l’anglais par Mireille Best,

in, Emily Brontë « Les orages du cœur »

Pierre Seghers éditeur (Cahiers P.S.), 1950 

 

Mild the mist upon the hill

 

Mild the mist upon the hill

Telling not of storms to-morrow;

No; the day has wept its fill,

Spent its store of silent sorrow.

 

Oh, I’m gone back to the days of youth,

I am a child once more;

And ‘neath my father’s sheltering roof,

And near the old hall door,

 

1 watch this cloudy evening fall,

After a day of rain :

Blue mists, sweet mists of summer pall

The horizon’s mountain-chain.

 

The damp stands in the long, green grass

As thick as morning’s tears ;

And dreamy scents of fragrance pass

That breathe of other years.

July 27, 1839

 

C. W. Hatfield : « The Complete Poems of Emily Jane Bronte,

Revised from Manuscripts »

Columbia University Press, New-York, 1941

 

Voir aussi :

Il devrait n’être point de désespoir pour toi / There should be no despair for you (02/03/2017)

Le soleil est couché / The sun has set (05/04/2017)

« Autour de moi des tombes grises... / « I see around me tombstones grey… » (01/08/2018)

« Mon plus grand bonheur... »  / « I’m appiest… » (30/06/2019)

« Je viendrai quand ... » / « I’ll come when …» (02/08/2019)

Viens-t’en avec moi / Come, walk with me (02/08/2020)

« Dis-moi, dis, souriante enfant... » / « Tell me, tell me, smiling child... » (01/08/2021)