A-6952965-1548621787-8694

 

La nuit va tomber, mais les goélands

gagnent les hauteurs de l’air,

d’un blanc éclatant tout à l’heure,

à présent, dans l’or mourant du crépuscule

pareils aux mornes oiseaux gris de la légende

sur le bateau mort du vieux timonier. –

Le flux réveille la puanteur des algues mortes.

Lune décroissante au nez effilé.

 

Traduit du slovène par Barbara Poganik et Alain Lance,

In, « Les Poètes de la Méditerranée. Anthologie »,

Editions Gallimard, Culturesfrance, 2010

 

 

Ze skorajnoč, a v vikosem letu

galebi v zraku,

prej bleščeče beli,

zdaj v prvem pozlačenem mraku

v ugašajoči luči potemneli,

kot sive senčne ptice iz legende

o mrtvi barki starega krmarja. –

Od morske trave plima zaudarja.

Zašiljen krajec lune decrescende.

Voir aussi :

« Le long du lit tari... » / « Po presahli beli strugi... » (21/05/2020)