M-delpastre-257x300[1]

 

Comme l’eau va un jour. Un jour que je m’attardais sous les trembles, un

jour que le grand vent arrachait du ciel les nuées et les pauvres feuilles de

l’arbre,

     comme l’eau va et ne sait où elle va, une fois tu m’as regardée ; comme

un rayon de soleil qui traverse un nuage et qui tombe sur l’eau, et qui vole

plus loin,

     ainsi tu m’as regardée ; une fois peut-être... le temps que passe l’eau, et le

temps qui s’en va, le temps que le vent passe. Et ne me demande pas où l’eau

s’en va, ni pourquoi le temps passe.

(La vigne dans le jardin)

 

Traduit de l’occitan par Marcelle Delpastre. 

 

     Coma l’aiga que vai, un jorn. Un jorn que m’aplantei jos los tremols, un

jorn que lo grand vent desraijava dau ciau las nivols e las paubras fuelhas de

l’aubre,

     coma l’aiga que vai mai sap pas onte vai, un còp m’aviseras ; coma un rai

de solelh que traucha la nivol e que tomba sus l’aiga, e que vòla pus luenh, 

     aitau m’aviseras ; un còp beleu... lo temps que passe l’aiga ; e lo temps que

s’en vai, lo temps que lo vent passa. E ne demandes pas onte l’aiga s’en vai, ni

perque lo vent passa.

 

La vinha dins l’òrt,

Poème limousin avec traduction française

Escòle Jaufre Rudel , Bordeaux, 1967

Voir aussi :

« Entre toutes choses... » / « Entre tot... » (01/05/2020)