dewe_gorode_2014-350px_a38cf6e15f3c12ecd8eef3726ff6d047[1]

 

Nuits blanches

                                                                                            à la mémoire de mon grand-père

                                                                                                         et au souvenir de ma mère 

 

                              Nuits pures

                              Filles si libres

                              Brillants réverbères

                              de l’ivresse sans mal

                              Pâle

                              subite lumière

                              dans les nuits pures

 

Les grains de sable en bas du tertre ancestral où s’écoulent et demeurent   

     parfois

les eaux de la bouche de rivière des requins lézards

les grains de sable n’entendent plus les cris des pleureuses endeuillées quand

     meurt le chef

et le caméléon des bambous

dès lors ne gémit plus et a disparu

Elle s’en est allée à jamais la femme qui crée

la vie et le sang du clan se sont éteints

 

La femme source de vie suivit l’idole dans les tortueux dédales de la ville

fut chouette et roussettes nocturnes chantant et chuintant

l’espérance de la divinité si enviée à l’idole plus puissante

que les totems de tous les clans

Lumière de ce dieu qui te fascina

alors que tu cherchais ta sœur qu’il a déjà

Tu désirais être à ce lumineux soleil

 

Elle ne se soucie plus des caresses passées des souffles du récif coralien

Elle n’offrira plus son visage aux vagues des marées

qui submergeaient une enfance salée d’illusions criardes et d’étoiles nacrées

Toutes les nuits ma sœur ne dort plus

Il est mort le temps du feu dans la case

du profond sommeil qui nous unit aux totems

Et depuis ma sœur ne connaît que des nuits blanches

 

                              Songes fous

                              lèvres sans mots

                              tu revois l’idole

                              le sommeil te fuit

                              Rêve

                              Intense instant

                              dans les songes fous

 

(Montpellier, 27 Février 1972)

 

Revue « Poésie 1, N° 116, Mars-Avril 1984 »

Le Cherche-Midi éditeur, 1984

Voir aussi :

Fille perdue (25/10/2017)

Et les prospectus (25/10/2018)

Nuits nues (25/10/2019)