erika_vouk_1[1]

 

Le long du lit tari

je cours et je t’appelle,

toi qui est autre ;

qui ne sais rien des vagues

ruées sur les mots et la peau,

rien des marées

cruauté tendre,

rien de l’eau qui se perd en soi,

rien des charmes du sud,

rien de ce temps

qui fait de moi une autre.

 

Traduit du slovène par Barbara Poganik,

In, « Les Poètes de la Méditerranée. Anthologie »,

Editions Gallimard, Culturesfrance, 2010

 

Po presahli beli strugi

tečem in te kličem,

ki si drugi ;

ki ne veš za strmo valovanje

besed in čutov,

ne za plimovanje

nežnokruto,

za reko, ki ponika vase,

za ukletosti juga,

čase,

ki od njih sem druga.