ob_7b8807_laure-morali[1]

 

 Grâce

Grâce aux vents qui me tiennent chauds

Grâce à la caresse de l’air

Et au bruit enivrant de la ville

Grâce aux fleurs que je plante

Et au ciel qui se couvre

Grâce aux mouvements calme des draps sur la corde à linge

Grâce aux grands yeux d’un petit garçon

Grâce à l’amour qui n’appartient à personne

Et glisse lentement avec l’eau de l’orage sous la terre

Grâce au tintement des casseroles chaque soir à huit heures

Grâce aux amies qui vous prêtent leurs vêtements

Grâce aux charbons ardent de la colère ambiante

Grâce à la pluie qui vient chanter sur nos casseroles

Grâce au ciel et à la terre et grâce à l’eau et au feu

Grâce à la vie qui m’inonde

Grâce aux cœurs qui débordent

Grâce à l’électricité invincible des vents détrempés

La foudre tombe drue sur la place publique

Nous caressons les trottoirs avec une langueur nouvelle

Nous redevenons humains en un très long grondement

de tonnerre

 

Ecrit lors des « manifestations des casseroles » à Montréal, durant le printemps 2012

 

In, « Il fait un temps de poèmes. Volume 2.

Textes rassemblés et présentés par Yvon Le Men »

Filigranes Editions, 22140 Trézélan

De la même autrice :

« Je t’écris sans papier… » (12/05/2017)