monserratalvarez_1_

 

Icare

 

Hommes prudents qui rirez de ma folie : je suis Icare,

le poète, le fou, le suicidaire. Hommes prudents qui,

même en me plaignant,

louerez la justice de mon châtiment : sachez qu’au- delà

des monts colossaux qui dorment

leur sommeil de titans ; au-delà des mers tumultueuses qui tentent de

s’élever jusqu’au ciel, se trouve l’infini

comme une lumière céleste sans forme ni limites.

Et jamais vous ne le verrez, hommes prudents.

Au-delà du feu flamboyant des astres, se trouve la beauté,

aussi ineffable que

la musique d’un envol d’oiseaux.

Mais vous ne le verrez jamais.

Plus loin que les rêves les plus visionnaires

il y a la liberté.

Mes lèvres moribondes emporteront son nom.

Mais vous

vous ne verrez rien.

 

Traduit de l’espagnol

Revue « Conséquence #3 », 2019