120248871_1_

 

Scopolamine

 

Le vin qui coule dans ma veine

A noyé mon cœur et l'entraîne

Et je naviguerai le ciel

À bord d'un cœur sans capitaine

Où l'oubli fond comme du miel.

 

Mon cœur est un astre apparu

Qui nage au divin non pareil.

Dérive, étrange devenu !

Ô voyage vers le soleil —

Un son nouvel et continu

Est la trame de ton sommeil.

 

Mon cœur a quitté mon histoire

Adieu Forme je ne sens plus

Je suis sauvé je suis perdu

Je me cherche dans l'inconnu

Un nom libre de la mémoire.

 

 

Poèmes,

Revue « Mesures N° 3, Juillet 1935 »

Voir aussi :

Ave (22/01/2017)

Vale (06/05/2017)