pernette_du_guillet_1_

 

Jà n'est besoin que plus je me soucie 

Si le jour faut, ou que vienne la nuit, 

Nuit hivernale, et sans Lune obscurcie :

Car tout cela certes rien ne me nuit, 

Puisque mon Jour(1) par clarté adoucie 

M'éclaire toute, et tant, qu'à la minuit 

En mon esprit me fait apercevoir 

Ce que mes yeux ne surent oncques voir. 

 

(1) mon Jour : c’est le surnom que Pernette du Guillet donne au poète Maurice Scève

 

Rymes de gentile, et vertueuse dame D. Pernette Du Guillet, Lyonnoise, 

Edité à Lyon  par Jean de Tournes, 1545

Voir aussi :

 « Quand vous voyez, que l'étincelle … » (27/04/2017)

« La nuit était pour moi si très-obscure… » (23/03/2017)