30 juillet 2017

Mérédith Le Dez (1973 -) : « Front collé à la vitre …

  XVII   Front collé à la vitre de février, une nostalgie de Baltique s’épand à l’horizon. Sous le paquet anthracite des nuages s’étrécit une zone claire que l’on dirait sableuse, où le souvenir arpente comme un marcheur regrette une négligence.   La musique tend des pièges de mer, des algues d’oubli douce, les tresses d’une cage de sirène suspendue entre des eaux intemporelles, ou des miroirs ondoyant.   Foulée jaune en lisière de plage. Le soir grise sur la mer les coques des épaves en rouille,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2017

Hélène Cadou (1922 - 2014) : Ilarie Voronca...

  Ilarie Voronca…   Ilarie Voronca Comment pourrais-je avouer ce que je vous dois ? Des soirs tristes comme une lanterne au bord de la ville Une amitié plus légère qu’un fantôme d’île Patmos aperçue dans la brume (Etait-ce le séjour des poètes Etais-ce le navire heureux Où Dante s’embarqua pour retrouver Béatrice ?) Ilarie Voronca vous êtes une longue route oubliée Un frère que je n’ai pas connu et qui m’arrive Tel un arbre perdu Une fenêtre ouverte au plus noir de l’exil Vous nous avez précédés... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2017

Wisława Szymborska (1923 /2012) : Psaume / Psalm

Psaume   Ô, combien perméables sont les frontières humaines ! Voyez tous ces nuages qui passent, impunément, ces sables du désert filant d’un pays à l’autre, ces cailloux des montagnes pénétrant chez l’ennemi en d’insolents sursauts !   Est-il besoin de prendre un à un les oiseaux qui volent ou qui se posent sur la barrière baissée ? Ne serait-il qu’un moineau, et voilà que déjà sa queue est limitrophe, et son bec indigène. Et puis, qu’est-ce qu’il gigote !   Parmi les innombrables... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juillet 2017

Azadée Nichapour (1968 -) : Enigme

  Enigme   Heureusement que les miroirs sont différents   Sinon on se ressemblerait comme deux gouttes d’eau   On pourrait même se prendre pour soi-même Il ne manquerait plus que de se croire unique   Parfois la beauté Editions Seghers (Autour du monde), 2008 
Posté par bernard22 à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :