260px_Anjela_Duval_1_

La feuille

 

Des deux côtés du Léguer noir

Les rangs de peupliers minces

Jettent au ciel leurs mâts droits.

De-ci de-là un frêne :

Tulle vert qui tremble dans les souffles.

La surface tranquille de l’eau : miroir clair

Qui renvoie l’image :

Moutons d’un blanc exquis dans le ciel bleu

Et arc-de-triomphe des grands arbres.

Face à face de l’abîme et de l’espace.

 

Une feuille rousse tombe de l’espace.

Une feuille rousse sort de l’abîme.

À la même vitesse : lentes, de biais

Toutes deux de même taille, même couleur

L’une descend doucement de biais

L’autre monte doucement de biais

À la surface tranquille de l’eau elles se baisent

Il ne reste plus qu’une feuille

Qui s’obstine, paisible, à s’en aller

         au fil de son destin.

 

Automne 1963

 

Traduit du breton par Paol Keineg

 

An delienn

 

A bep tu d’al Leger du

Eflennoù hirvoan a-regennad

O sevel uhel en oabl o gwernioù sonn.

Du-mañ du-hont ur wezenn-onn :

Tul gwer o krenañ en aezhenn.

Gorre lor an dour : melezour splann

O tameuc’h an daolenn :

Deñved gwenn iskis en oabl glas

Ha bolz-enor ar gwez bras.

Islonk hag ec’honder troad-ouzh-troad.

 

Un delienn rous o tiskenn eus an ec’honder.

Un delienn rous o sevel eus an islonk.

Gant an hevelep tizh : gorrek hag a-skij

An hevelep ment o-div, an hevelep liv

A-skij unan goustad o tiskenn

A-skij unan goustad o sevel

War gorre lor an dour e pok an eil d’eben

N’eus mui ’met un delienn

A dalc’h da vont, plaen,

            da heul he flanedenn.

Diskar-amzer 1963

 

Anjela Duval : « Quatre poires. Recueil bilingue de poèmes

choisis et traduits par Paol Keineg »

Editions Mignoned Anjela, 22500 Paimpol, 2003

 

Voir aussi :

Poèmes de jour, poèmes de nuit / Barzhonegoù noz, barzhonegoù deiz (17/01/2017)