Emily_Bront__by_Patrick_Branwell_Bront__restored_1_

 

Le soleil est couché, à présent l’herbe longue

Oscille, languissante, dans le vent du soir ;

L’oiseau s’est envolé de cette pierre grise

Pour trouver quelque chaud recoin où se blottir.

 

Il n’est rien, dans tout ce paysage désert,

Qui vienne frapper mon regard ou mon oreille,

Si ce n’est que le vent, là-bas,

Accourt en soupirant sur la mer de bruyères.

Août 1837

 

Traduit de l’anglais par Pierre Leyris,

1n, « Emily Jane Brontë, Poèmes 1836 – 1846, Edition bilingue »,

Editions Gallimard, 1963

 

 

The sun has set, and the long grass now

Waves dreamily in the evening wind;

And the wild bird has flown from that old gray stone

In some warm nook a couch to find.

 

In all the lonely landscape round

I see no light and hear no sound,

Except the wind that far away

Come sighing o'er the healthy sea.

August 1837

Voir aussi :

Il devrait n’être point de désespoir pour toi / There should be no despair for you (02/03/2017)

« Autour de moi des tombes grises... / « I see around me tombstones grey…” (01/07/2018)

« Mon plus grand bonheur... »  / « I’m happiest…» (30/06/2019)

« Je viendrai quand ... » / « I’ll come when …” (02/082019)

Viens-t’en avec moi / Come, walk with me (02/08/2020)