11_splat_150_1_

 

L’agneau de Marie

 

L’agneau pascal frit dans sa graisse.

La graisse

Sacrifie son opacité…

 

La vitre est d’or sacré.

Le feu la rend précieuse,

Le même feu toujours

 

Fondant le suif des hérétiques

Et débusquant les juifs.

Leurs draps de fumée noire ondoient

 

Sur les stigmates de la Pologne

Et l’Allemagne incendiée.

Ils ne meurent pas.

 

Des oiseaux gris hantent mon cœur,

Bouche en cendre, œil cendreux,

Ils se posent. Sur l’immense

 

Précipice

Qui a vidé un homme dans l’espace

Les fours flambaient en cieux, incandescents.

 

Et c’est un cœur,

L’holocauste où j’entre,

O bel enfant d’or que le monde tue et mange.  

 

Traduit de l’anglais par Françoise Morvan et Valérie Rouzeau

In, « Sylvia Plath : Arbres d’hiver précédé de La Traversée »

Editions Gallimard (Poésie), 1999

 

Voir aussi :

Lettre d’amour / Love letter (16/04/2017)

Berck plage / Berck-plage (12/11/2017)

Wuthering Heights (11/11/2018)